ACTUALITES FRANCAISES et EUROPEENNES

la LGV Paris Bordeaux  Cliquez sur ce lien

Lemaire Faugas LGV

Le Gottardo

Le 1er juin 2016, la Suisse a inauguré le plus long tunnel au monde, grâce à une percée de 57 km à travers le mont Saint-Gothard dans les Alpes, entre les villes de Zurich et Lugano. Il est en service depuis le 11 décembre 2016.. François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre italien Matteo Renzi et le nouveau chancelier autrichien Christian Kern avaient participé au 1er voyage inaugural sous le Gottardo. Cet ouvrage a nécessité 17 ans de travaux et a coûté près de 11 milliards d'euros. Le tunnel sera emprunté chaque jour par 260 trains de marchandises à une vitesse de 100 km/h, et par 65 trains de voyageurs pouvant rouler jusqu'à 200 km/h. Avec ses 57,1 km, il devance les deux tunnels sous-marins : le Seikan (53,9 km) reliant les îles japonaises d’Honshu et de Sapporo, et le tunnel sous la Manche (50,5 km).



Déraillement de la rame d'essai du TGV en novembre 2015... Suite

Le 14 novembre 2015 à 15h04, le TGV qui effectuait son dernier test sur le tronçon de la LGV Paris-Strasbourg a déraillé à l'entrée de la courbe de raccordement de la ligne nouvelle avec la ligne classique, sur la commune d'Eckwersheim à 20 kms de Strasbourg ; il a percuté un pont.
Cet accident spectaculaire, survenu au lendemain des attentats de Paris, est le 1er déraillement mortel de l'histoire du TGV depuis sa mise en service en 1981.

Lemaire


Près d'un an après ce déraillement qui avait fait 11 morts et 42 blessés, l'enquête s'est accélérée avec les 1ères mises en examen des 3 salariés de la SNCF et de sa filiale Systra chargée des essais. Un conducteur, un cadre transport traction et un pilote traction ont été placés sous contrôle judiciaire pour homicides et blessures involontaires. Ils ont été entendus le 10 octobre 2016 par le pôle Accidents collectifs qui existe depuis début 2015.
En février 2016, le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre BEA-TT a estimé que «la vitesse très excessive de la rame d'essai était la cause unique du déraillement du TGV». Le train a abordé la courbe à 265 km/h alors que la vitesse prévue pour cet essai était de 176 km/h.
Le 31 octobre 2016, le rapport judiciaire indiquait que les documents fournis aux conducteurs de la rame d'essai intégraient une erreur de calcul du temps nécessaire au freinage. La seule responsabilité ne reviendrait donc pas à l'équipe de pilotage. A suivre...
53 personnes, dont des enfants, n'auraient pas du se trouver dans cette rame de test, le maximum étant de 30 ; 7 étaient en cabine de pilotage au lieu des 4 autorisées par la SNCF.
L'entrée en service de la LGV Est (106 kms sur 406) mettra à terme les 2 villes à 1h46 contre 2h20. Photos © Archives Alsace

les LGV depuis Bordeaux vers Dax et Toulouse

Le 5 juin 2016, la signature de la Déclaration d’Utilité Publique LGV Bordeaux-Toulouse a été une étape importante, saluée par Alain Juppé, maire de Bordeaux président de Bordeaux Métropole, et Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse président de Toulouse Métropole. C'est le secrétaire d’État aux transports, Alain Vidalies qui a signé cette déclaration.
Bordeaux et Toulouse sont les capitales régionales et économiques des deux plus grands ensembles régionaux de France. Elles partagent des intérêts et une stratégie économiques, en particulier avec le pôle de compétitivité Aerospace Valley. Les relier entre elles par une LGV est incontestablement une étape majeure pour amplifier le développement du Sud-ouest de la France. Leur parfaite intégration au réseau ferroviaire à grande vitesse est un enjeu d’intérêt national et européen. "Désormais, il est nécessaire que le Gouvernement définisse un plan de financement, qui ne doit pas être le même que celui de la LGV Tours-Bordeaux." ont déclaré Alain Juppé et Jean-Luc Moudenc.

Le tracé de la LGV vers Dax et Toulouse veut être remis en question pour sauver l'écosystème,
la foret et la rivière Ciron qui préservent les vins de Sauternes.

l’Eurostar envisage une liaison directe entre Bordeaux et Londres

Avec le succès du Londres-Marseille, Eurostar réfléchit à une liaison directe entre Bordeaux et Londres par la LGV qui sera mise en place le 2 juillet 2016.
Lisea, société concessionnaire de l'ouvrage, confirme que les discussions sont en cours. Pour Lisea, voir passer des Eurostars sur sa LGV fraîchement construite permettrait de compenser un nombre insuffisant d'allers-retours quotidiens entre Bordeaux et Paris.
L'hypothèse avait déjà été avancée par le président de la filiale de Vinci, Laurent Cavrois, lors d'une visite à Bordeaux fin 2014. «On y travaille», expliquait-il, en évoquant des liaisons de week-ends.
45 000 Britanniques sont installés dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.
Il est possible de faire Bordeaux-Londres en train... à condition de descendre à Paris-Montparnasse et de rallier la gare du Nord pour un voyage qui dure entre 7h15 et 8h15. Eurostar souhaite éviter cette escale et proposer un trajet qui durerait 4h30. Le train circulerait presque exclusivement sur des rails LGV. «Si le projet aboutit, on pourrait espérer monter dans un Eurostar en gare Saint-Jean dans les années 2019 ou 2020», dit Nicolas Petrovic.

Eurostar regarde vers la France car la ligne Londres-Marseille via Lyon et Avignon, ouverte l'an dernier, rencontre un succès considérable.
Eurostar et son directeur général, Nicolas Petrovic inaugureront en 2017 la ligne entre Londres et Amsterdam.

eurostar Lemaire
Photo : l'Eurostar arrive à Londres © AFP NIKLAS HALLE'N

L’obstruction des voies par la végétation

Mars 2015 : Afin de prévenir les retards et accident potentiels, la SNCF travaille avec le CNRS et une start-up sur un dispositif permettant de prévenir l’obstruction des voies par la végétation.
Arbre tombé en travers de la voie, chutes de pierres ou végétation rampante : autant d’éléments qui peuvent s’avérer lourds de conséquences pour la SNCF et ses d’usagers.
TellMePlus, start-up fondée en 2011 et présidée par Jean-Michel Cambot, planche sur un projet consistant à prédire la pousse de la végétation afin d’assurer l’entretien des voies en amont : analyse des images provenant de drones, des satellites et caméras au sol.
L’objectif, c’est que les drones soient capables de détecter les problèmes potentiels et transmettre les images en temps réel.
Le projet expérimental va être mis en place sur 100 km de voies ferrées entre Lyon et Dijon.



retour à l'accueil de Vu du Train

mon contact et vos commentaires