Grands hommes de Charente

François Ier (1494 Cognac- 1547 château de Rambouillet près de Paris) Il avait épousé la fille de Louis XII, Claude de France, et l’année suivante il lui succéda alors qu'il mourait sans héritier mâle. Il régna sur la France pendant 32 ans, se mesurant aux Habsbourg. Il représente la Renaissance et développe un goût pour l'élégance, les belles femmes et les belles lettres. Le Roi aime l'art et prend sous son aile du Bellay, Ronsard et Léonard de Vinci. François Ier fait construire ou restaurer certains châteaux comme Blois, Chambord et Fontainebleau. A la mort de sa femme Claude en 1530, il épouse Eléonore d'Autriche. Photo : Papier, pierre noire et sanguine 27 X 19,5cm au musée Condé à Chantilly.

François 1er

Jean Calvin (1509 Noyon-1564 Genève) Ses études de Droit terminées, il se tourne vers les Lettres. Son commentaire sur De clementia de Sénèque, rédigé en 1532 à l'âge de 23 ans, le fait connaître dans les milieux littéraires. Il séjourne chez son ami Louis du Tillet, chanoine d'Angoulême. De ses prêches clandestins, des célèbres cavités profondes de Charente portent les noms de grotte à Calvin et chaire à Calvin ; elles sont proches de Poitiers, ville où il trouva refuge en 1534 après l'affaire des Placards : de nombreux textes antiprotestants étaient affichés sur les murs de Paris. Calvin se rangea aux côtés de la Réforme qui donna naissance aux Eglises Protestantes. Il adressa un ouvrage à François 1er pour défendre les protestants persécutés. Son credo restera toujours : "Dieu est au-dessus de tout".

Calvin

Jean Martell (1694 île de Jersey en Angleterre-1753 Cognac) Il s'est établi à Cognac en 1715 et a créé son affaire de négoce. En 1726 il épouse Jeanne Brunet, fille d'un marchand de Cognac, puis en 1737 Rachel Lallemand, issue d'une famille de négociants charentais. En 1831, Martell crée son 1er cognac VSOP Very Supérieur Old Pale et continue son essor international. Cette Maison de cognac fait aujourd’hui partie de la filiale Martell Mumm Perrier-Jouët, du groupe de vins et spiritueux français Pernod-Ricard.

Richard Hennessy (1724 Killavullen en Irlande-1800 Cognac) Il est le fils cadet de Charles Hennessy, seigneur de Baillymacmoy. Après 12 ans au service de la Brigade irlandaise des régiments de Louis XV, il quitte l'armée et se marie en Angleterre. Puis il s'installe à Tonnay-Charente et crée la Maison de négoce Hennessy-Conely et compagnie en 1765. Avec son fils Jacques, ils développent le commerce des eaux-de-vie outre-mer. Après sa mort, Jacques épousera Marthe Henriette Martell, annonçant ainsi l'alliance entre les deux Maisons de Cognac.

François Mitterrand (1916 Jarnac-1996 Paris) Sa carrière politique débute en août 1944 lors de sa participation à l'éphémère gouvernement des secrétaires généraux, chargé par le Général de Gaulle de gouverner la France jusqu'à l'installation du gouvernement provisoire. Il sera Député de la Nièvre en 1946, Ministre de la France d'outre-mer, Ministre de l'Intérieur en 1954, Garde des Sceaux dans le cabinet de Guy Mollet en 1956, Maire de Château-Chinon en 1959. Il se présentera en 1965 à l'élection présidentielle. En 1971, François Mitterrand est élu 1er secrétaire du Parti Socialiste puis Président de la République en 1981 (abolition de la peine de mort, chute du mur de Berlin, radios libres, LGV et TGV… cohabitations de 1986-1988 et de 1993-1995, construction de l'Arche de la Défense, de la Pyramide du Louvre, de la Bibliothèque Nationale qui porte son nom. Après avoir révélé à la France un de ses secrets : sa fille Mazarine Pingeot, François Mitterrand meurt le 8 janvier 1996.

mitterrand

Jean Monnet (1888 Cognac-1979 Houjarray) Il est issu d’une famille de négociants en eau de vie et de la marque Cognac JG Monnet. Pendant la 1ère guerre, Jean Monnet organise le Bureau de Ravitaillement allié à Londres. Il participe en 1919 à la création de la Société des Nations, puis au redressement économique de certains pays d'Europe Centrale et Orientale. En 1943 à Alger, il est membre du gouvernement de la France Libre. A la Libération, Charles de Gaulle lui demande de relancer l'économie française : en 1950, il élabore le projet de souder les deux pays par la mise en commun de la production du charbon et de l’acier, matières premières de l’industrie de guerre ; son texte est l’acte de naissance de l’Union Européenne. Son Comité d'Action pour les Etats-Unis d'Europe, écrit en 1955, sera à l'origine de nombreux projets européens. Ses cendres reposent au Panthéon.

Claude Boucher (Blanzy 1842-Cognac 1913) En pleine Révolution Industrielle, il inventa, en 1898 à Cognac, le procédé révolutionnaire du soufflage automatique du verre : son four à bassin contenant 400 000 kilogrammes de verre fondu, permettait la production de 50 000 bouteilles par jour. Boucher a amélioré les conditions de travail des ouvriers verriers et les conséquences néfastes du soufflage sur leur santé. Les problèmes de casse des bouteilles à la fabrication étaient résolus. Le cul des bouteilles vient de son procédé. La production de bouteilles de verre a augmenté et la conservation de l'alcool en fut améliorée.

Le charentais Maurice Coupeaud est l’inventeur du cyclo-pousse en 1937. En 1939, il voyagea de Phnom Penh à Saigon en cyclo-pousse en 17 heures et 23 minutes. Fin 1939, il y avait 40 cyclo à Saigon puis 200, comme à Phnom Penh en 1940. Les coolies, tirant le passager à la force des bras, lui doivent l’amélioration de leurs conditions de travail. Le passager est assis à l'avant dans une nacelle protégée par une capote, tandis que le conducteur pédale à l'arrière ; ainsi, il n’est plus en contact, ni entre les jambes d’une femme française !

cyclopousse

Michel Boujut (Jarnac 1940) Critique de cinéma et écrivain. Son père Pierre, tonnelier et poète, édita une revue de poésie pendant 40 ans. Michel apprend le métier de journaliste à la télévision suisse. Il a été producteur de l'émission mensuelle Cinéma Cinéma sur Antenne 2. Aujourd'hui, il est chroniqueur sur France Inter, producteur à France Culture et auteur de plusieurs livres cinématographiques et BD.



retour à la ligne Paris-Bordeaux
retour à la ligne Bordeaux-Paris

mon contact et vos commentaires